Bruciel

Sur le site régional Bruciel, une sélection de près de 2.000 photos anciennes, d’époques différentes et des plus parlantes en termes urbanistiques, a été effectuée et géolocalisée. Celles-ci sont classées par décennie, collection et type de prise de vue.

Magnifique initiative de partage de ressources !

Publicités

Place de Brouckère, on voyait des vitrines…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La place de Brouckère n’existait pas du temps où la Senne traversait le Pentagone, à ciel ouvert. En effet, il s’établissait à cet endroit le grand couvent des Augustins. L’église du Couvent, le Temple des Augustins, fut bâtie en 1642 et démolie en 1893, pierre par pierre…sa façade fut réédifiée à la rue du Bailli à Ixelles.

Inaugurée en 1897, la place de Brouckère fut ainsi nommée. en l’honneur de Charles de Brouckère, Bourgmestre de Bruxelles de 1848 à 1860, date de sa mort. Pendant son mandat de Bourgmestre, Charles de Brouckère réalisa de grands travaux, notamment l’installation d’un réseau d’eau potable et le percement de l’avenue Louise.

Sur les deux premières vues, on distingue la façade de l’Hôtel Continental, qui, à l’origine, avait un toit plus ou moins pyramidal qui était couronné d’une statue. Un incendie ravagea l’immeuble en 1901. Le toit fut reconstruit sans point.

Une fontaine-obélisque en hommage au bourgmestre Anspach fut construite au centre de la place d’antan. Elle est surmontée d’une statue de Saint-Georges (Passion Dragon). La Fontaine Anspach  a été démantelée lors de la construction du métro, en 1973. Elle a été reconstruite, depuis 1981, au Quai aux Briques (Marché aux Poissons).

Le Café Métropole fut ouvert en 1890 par les frères Wielemans, brasseurs à Forest avec pour objectif la promotion de leurs bières. Du fait d’un étonnant succès, ils achetèrent le bâtiment voisin, et le transformèrent en l’Hôtel Métropole, un luxueux palace, en 1894.

En 1906, une salle de cinéma, le “Cinéma Américain” fut inaugurée sur la place. Ce lieu fut renommé en 1915: “Cinéma des Princes” et en 1933, l’Eldorado.

Dites… avez-vous remarqué le tram hippomobile?

La place De Brouckère est actuellement en plein réaménagement avec le projet de piétonnisation des Boulevards du centre. L’occasion de lui rendre sa fontaine perdue? Qu’en pensez-vous?

Sources : eBru + le blog de Sophie Peeters + ReflexCity

Et vous, comment voyez-vous le futur de Bruxelles ?

Comment rêvez-vous Bruxelles en 2040 ? Parce que les rêves d’aujourd’hui feront la ville de demain, la Région de Bruxelles-Capitale vous avait invités l’année passée à mettre l’imagination au pouvoir, à bousculer votre vision de la mobilité et en faire le pilier d’une formidable qualité de ville !

Nous avions organisé des expos, des roadshows auxquels vous avez peut-être assisté.

Visitez le site Mobil2040 ! Des rapports sur l’évolution de la mobilité ici et ailleurs sont disponibles en français et en néerlandais.

La page Facebook ou le flux Twitter ne sont dorénavant plus mis à jour, mais n’hésitez pas à les consulter pour voir l’évolution depuis la publication des rapports jusqu’au début de l’été 2015.

Ayant personnellement travaillé sur le sujet, j’y ferai souvent référence car c’est un travail formidable ! C’est d’ailleurs avec la fin de la gestion des réseaux Mobil2040 pour la Région que m’est venue l’idée de créer Moving Mobility et de continuer ce chemin seule.

Et vous, comment voyez-vous le futur de notre ville?

K-poo ! ou le Monument Leopold Ier de Laeken

Ce monument central de style gothique de l’architecte gantois Louis De Curte, élevé à la mémoire de Léopold 1er, fut inauguré en 1880 à l’occasion du cinquantenaire de l’Indépendance. L’oeuvre se nomme aujourd’hui “Monument à la Dynastie”.

La statue du roi, est entourée de 9 allégories représentant les provinces belges. Namur est symbolisée par la métallurgie, Luxembourg par la chasse, Liège par l’armurerie, le Limbourg par l’agriculture, Anvers par le commerce et la navigation, le Brabant par le sceptre royal, la Flandre orientale par les filatures et l’horticulture, la Flandre occidentale par la pêche et le Hainaut par la houille.

Pour la petite anecdote, faisant visiter les Parcs Royaux à des amies coréennes fraîchement arrivées en Belgique, nous étions parvenus à leur faire croire que ce monument était en fait les toilettes de la famille royale, réservées à la grosse commission, pour éviter que cela ne sente dans le Palais Royal de Laeken, et qu’il y avait un couloir sous le sol reliant le palais à cette extension. K-poo!

Le Cimetière des trams

Cimetière des trams by @l_amande

Bruxelles et les trams… C’est indissociable. Mais où finissent-ils? On dit qu’il y en a qui sont donnés à des villes développant leur réseau de tram. D’autres filent simplement à leur Terminus (avec un grand T) et sont réduits à l’état de ferrailles.
La photo a été prise en avril 2011, le long du Canal, à Bruxelles, à hauteur du Bassin Vergote.

Photo originale : Le cimetière des Trams  – Source : http://www.flickr.com/photos/l_amande

Le Manneken-Pis

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Manneken-Pis

On trouve trace, dès 1388, de l’ancêtre de la statue actuelle : une fontaine en pierre dénommée « het Juliaensborreke », connue aussi sous le nom de Petit Julien. Placée à l’intersection de la rue de l’Étuve et de la rue du Chêne, la fontaine jouait rôle essentiel dans l’ancienne distribution d’eau potable, un système renommé alors dans toute l’Europe. On ne dispose d’aucune représentation de cette fontaine, mais dès 1452, le nom de Manneken-Pis (orthographié Menneken-Pis) apparait dans un texte.

La statuette de pierre est remplacée par une statuette en bronze de 61 cm, exécutée en 1619 par Jérôme Duquesnoy l’Ancien, grand sculpteur bruxellois de l’époque.

Ayant perdu sa fonction principale dans le réseau d’adduction d’eau de la Ville au 19ème siècle, Manneken-Pis est progressivement devenu un symbole du folklore bruxellois, de la joie de vivre, de l’esprit zwanzeur et frondeur et de la capacité d’autodérision des Bruxellois.

Il est de coutume d’offrir des costumes au Manneken-Pis. Le plus ancien costume fut offert par Maximilien-Emmanuel de Bavière, gouverneur-général des Pays-Bas espagnols, en 1698. La garde-robe actuelle comprend 883 costumes de toutes origines qui sont pour la plupart conservés au Musée de la ville de Bruxelles, dans la Maison du Roi sur la Grand-Place. De nombreux costumes rendent hommage à des professions. Le jet d’eau est, à l’occasion de fêtes, remplacé par des breuvages (lambic, bière,…).

La statue fut volée à plusieurs reprises. En 1745, des soldats anglais l’emportèrent jusqu’à Grammont. Deux ans plus tard, des grenadiers français ont enlevé et insulté le petit Julien pour l’abandonner à la porte d’un cabaret bruxellois. Louis XV répara l’offense en lui offrant un costume de chevalier avec le droit de porter l’épée et la croix de l’ordre de St Louis; ce qui obligeait les militaires français à lui adresser le salut militaire. En 1817, la statuette fut volée par un forçat français gracié et fut retrouvée brisée. L’ancien bagnard fut attaché pendant une heure à un carcan sur la Grand’ Place, fut marqué au fer rouge et fut condamné à perpétuité.

Son origine obscure est source des plus folles rumeurs !

  • En 1142, alors que le duc de Lotharingie, Godefroid III, était encore au berceau, certains de ses vassaux se révoltèrent et affrontèrent les troupes ducales lors de la bataille de Ransbeke. Pour donner du courage à ses partisans, le berceau de l’enfant fut pendu à un chêne sur le champ de bataille. Alors que ses troupes étaient en mauvaise posture, le petit duc se dressa dans son berceau et pissa. Ce geste redonna courage à ses troupes qui l’emportèrent.
  • Un riche bourgeois avait égaré son fils pendant des festivités et l’aurait retrouvé quelques jours plus tard urinant avec désinvolture au coin de la rue de l’Étuve à Bruxelles.
  • Un enfant aurait éteint en urinant, la mèche d’une bombe avec laquelle les ennemis voulaient mettre le feu à la cité.
  • La dernière est qu’un petit garçon avait pour habitude d’uriner sur la maison d’une sorcière. Un jour, la sorcière voulut figer le petit garçon, mais un saint homme mit à la place une statue du petit garçon le représentant.

Des copies du Manneken-Pis existent en Belgique (Grammont et Coxyde), au Japon (Tōkyō, Kōbe et Ōsaka), en Espagne (Llançà), en France (Colmar, Poitiers et Moux) et en République Démocratique du Congo (Léopoldville et Luluabourg).

Il existe une version féminine, la Jeanneke-Pis, située dans l’impasse de la Fidélité.

Sources : Ville de Bruxelles  , Wikipédia  , Visit Brussels , C’était du temps où Bruxelles Bruxellait

La Grande Droguerie Le Lion

Il suffit parfois de passer la porte d’un droguiste pour se retrouver projetée dans les commerces d’antan de Bruxelles. La photo a été prise aujourd’hui, les bidons et vaporisateurs ne trompent pas… Nous ne sommes pas en 1913. Mais dans tous ces tiroirs étiquetés minutieusement se trouvent des produits en poudre que l’on mélange à l’eau pour rattraper un marbre taché, un pull en laine rétréci au lavage, enlever les taches de vin d’une table en merisier,… Seule la connaissance ancestrale du vendeur pourra vous aider et vous renseigner sur tous les trucs de grand-mère…

Photo prise à La Grande Droguerie Le Lion, à Bruxelles, rue de Laeken.

Le vélodrome de Molenbeek-saint-Jean

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Vélodrome de Molenbeek-Saint-Jean, chaussée de Gand

Le Vélodrome du Karreveld a ouvert en 1908 et était situé entre la  chaussée de Gand et le Château du Karreveld. En 1910 le championnat du monde de cyclisme s’y déroula.

Le 21 juillet 1909, jour de la Fête Nationale, le coureur Charles Verbist, trouve la mort à quelques dizaines de mètres de la ligne d’arrivée. Un pneu de son entraîneur éclate provoquant la chute mortelle du coureur cycliste. Les Brusseleirs en avaient tiré une chanson : “Charelke, Charelke, Charelke Verbist, Aïe ni gereipe op de piste! G’hat ni gelange in a kist…”.

Ce lieu est également le premier studio d’enregistrement de films en Belgique. La société française Pathé Frères fonda en 1908 la société anonyme “La Belge Cinéma” qui établit son studio d’enregistrement au Vélodrome. Plusieurs films de qualité dont les deux premiers longs métrages belges conservés La Fille de Delft et le prémonitoire Maudite soit la guerre sont tournés dans les studios du Karreveld.

Le vélodrome aurait cessé son activité en 1916.