Un téléphérique au Heysel

Après des mois de discussions, le gouvernement bruxellois a décidé d’installer une ligne de téléphérique sur le site du Heysel. Elle permettra de relier le futur stade national et le parking de dissuasion au métro dès l’été 2018.

Pour un budget de 8 à 15 millions d’euros, la ville se dotera donc d’une ligne de téléphérique qui comblera le kilomètre séparant le parking du métro qui aura pour avantage connexe de devenir une attraction touristique avec un panorama exceptionnel sur tout le plateau Heysel et la ville.

Le téléphérique est une solution rapide à mettre en place en attendant les prolongation des trams 3, 7 et 9 (la nouvelle ligne traversant Jette) qui ne verront pas le jour avant 2019 alors que le stade devrait être opérationnel dès 2018.

Généralement associé au ski ou aux sites touristiques perchés en haut d’une colline, le transport par câble gagne progressivement les centres urbains. Le téléphérique est à présent considéré comme un véritable mode de transport de masse propice à désenclaver des quartiers mal connectés aux réseaux de transport principaux.

Économique, écologique, sûr et nécessitant peu de travaux, le transport par câble est particulièrement adapté pour franchir les obstacles naturels tels que rivières, dénivelés, autoroutes ou voies ferrées. Le transport par câble peut transporter de l’ordre de 3.000 à 4.000 passagers/h ce qui est comparable à un bus articulé à haute fréquence. Ce type de transport est adapté à une demande modérée, concentrée dans l’espace, et bien répartie dans le temps car la capacité peut difficilement varier. Un kilomètre de transport par câble coûte en moyenne deux fois moins qu’un projet similaire de tram, véhicules compris.

Pour en savoir plus sur le téléphérique, consultez le document que Technum (Tractebel) et Espaces-Mobilités ont écrit à l’occasion du premier colloque belge sur le téléphérique urbain en mai dernier.

 

Publicités

Deux nouvelles gares bruxelloises

De la suite dans le nouvel élan du ferroviaire autour de Bruxelles, en ébullition depuis quelques mois. Nouvelles venues dans le réseau S, les gares de Tour et Taxis et Germoir font passer le nombre de gares et points d’arrêts de la Région de Bruxelles-Capitale à 33.

L’arrêt Germoir est situé entre Flagey et la Chasse. Il est desservi 4 à 5 fois par heure par les lignes S5 (Hal – Mechelen) et S9 (Braine-l’Alleud – Landen). L’arrêt Tour et Taxis (connu anciennement comme Pannenhuis) est desservi toutes les heure par les S10 (Dendermonde – Aalst).

S-dec2015-apr2016v2

Carte du réseau S en pdf

Avec l’intégration des services S dans les calculs d’itinéraires de Citymapper et Google, notamment, il ne reste plus que quelques éléments pour que le ferroviaire fasse enfin partie intégrante de la mobilité des Bruxellois. En effet, à peine 3% des trajets intra-bruxellois sont réalisés en train aujourd’hui :

  • l’ouverture du tunnel Schuman-Josaphat, reportée à juin 2016
  • l’ouverture des gares Ceria et Arcades, dont le gros oeuvre est terminé
  • l’intégration tarifaire avec un abonnement unique zonal
  • des points d’arrêts plus attractifs avec une intermodalité optimisée et un confort minimal

Pour les aficionados, quelques photos des gares Germoir avant sa réouverture et de Ceria et Arcades prises en août 2015 :

Ce diaporama nécessite JavaScript.